Collioure, mon amour !

Adieu blanquette de Limoux,

Bonjour Sangria, Banyuls, tapas et moustiques !

Le plaisir de se perdre dans les rues fleuries,

De trotter jusqu’à la dernière plage.

De plonger dans cette mer qui timidement clapote.

Je suis assise sur un banc face à la Marina.

Il est midi.

Le ciel et la mer sont bleu Azur.

Il y a un vent doux et constant pour partir vers les îles bien heureuses.

Le temps d’avitailler, de terminer les dernières démarches à la capitainerie…

Il est temps de larguer les amarres !

Cap sur l’ Etoile du sud .

Dans le sillage d’André Derain, d’Henri Matisse et de Zao Wou-Ki !