Marrons, jolis marrons

Ce midi, j’ai le besoin un besoin irrépressible de respirer.

Entre deux averses, je marche jusqu’au Jardin du Luxembourg.

Les arbres arborent leurs teintes d’automne.

C’est ma saison préférée.

 

Je ne résiste pas à son appel.

J’aime aller ramasser des marrons.

Les vrais. Je ne parle pas des marrons glacés de fin d’année.

C’est le temps idéal pour en trouver des fraichement tombés.

Il y a un vent de tonnerre. Idéal pour respirer et entendre les arbres bien enracinés bouger.

J’arpente les allées du jardin et j’en ramasse un puis deux …

Des petits, des gros, des ronds, des formes cubiques, des biscornus…

Tout lisses et tous brillants.

De véritables bijoux sous les rayons du soleil.

A Paris, ma chasse est bonne au Jardin du Luxembourg et au parc de la Cité Universitaire Internationale.

J’aime y aller parce que l’atmosphère a un « je ne sais quoi » de sérénité, de joie, de nostalgie de l’enfance.

Je m’y sens bien en toute saison. C’est comme en mer, le paysage est toujours différent.

Des arbres, de la lumière, du vent.

Mes poches sont pleines et bien lourdes.

Je vais en disposer sur mon bureau, dans mon salon … faire des petits montages …

Je traverse le parc, passe devant le kiosque où j’écoute concerts et lectures.

 

A la sortie, je tombe sur la nouvelle exposition photo des grilles du Jardin du Luxembourg.

Après les ruches, les abeilles et le miel du monde entier, c’est la loi qui nous interpelle.

http://www.senat.fr/evenement/grilles/la_loi_entre_vous_et_nous.html

20170914_131818

 

 

Luminor et ses trésors

Samedi, c’est Luminor, le cinéma d’art et d’essai du Marais.

Ambiance calme et chaleureuse.

Pas de bandes annonces tonitruantes.

Séances mélodie du bonheur avec La la Land, les parapluies de Cherbourg et les demoiselles de Rochefort.

Quel plaisir pour les yeux, les oreilles, la tête et le cœur !

 

Après la séance des parapluies de Cherbourg, j’ai une heure libre avant la séance suivante et une petite faim.

La rue du Temple est très animée : il fait bon, les terrasses sont bondées. Je marche direction Seine et découvre sur le même trottoir l’espace de restauration du BHV Homme.

C’est tout nouveau. L’ouverture a eu lieu lundi dernier.  Il y a des plantes et des stands qui donnent envie de s’installer et de tout goûter. Tout n’est pas encore prêt mais c’est prometteur. Il est ouvert 7 jours sur 7. Comme le magasin.

Je repère un stand qui propose des ceviches, des salades d’avocat … des cocktails…C’est la Plage, la nouvelle annexe du restaurant du 10ème arrondissement.

J’ai envie d’exotisme, de nouvelles saveurs.Je commande un ceviche péruvien de dorade et une salade d’avocat : ce sera parfait. Je n’ai pas envie d’entrer dans un restaurant ! Je vais pouvoir manger sur le pouce en profitant du jour !

La patronne m’explique le principe du ceviche : c’est une préparation minute avec une cuisson du poisson au citron vert.  Il est servi pimenté dosé à convenance avec de la coriandre, de la patate douce et du popcorn de mais local.

C’est plus savoureux que le sushi et je n’ai pas besoin d’ajouter de la sauce soja pour le manger.La salade d’avocat est du même cru, assortiment de tomates, oignon rouge, coriandre et assaisonnement.

Je dévore littéralement mon plat et ça fait rire la patronne et un de ses amis brésiliens présent. J’ai la chance de boire avec, un jus de fruit de la passion. Un pur bonheur !

Me voilà rassasiée pour partir au pays léger des Demoiselles de Rochefort !

Quelle belle découverte !

Je reviendrai.

Un peu de magie ce matin

« Quand l’été a disparu
Quand le temps s’en est allé
Du côté des saisons, ma saison
On ne peut que soupirer
Regretter l’été
Mais pour revivre un jour d’été
Lorsque l’hiver s’est installé
Et que votre coeur s’est glacé
Il faut aimer… » Michel Legrand