Ecolo How – The retour

De retour  !
Dur atterrissage à Paris. Sous la pluie après une courte escale à Mahé.

Et les semaines très intenses à Madagascar.

Expédition au fin fond du Makay.

 

 

Un périple pour s’y rendre : il y a la mythique Nationale 7 malgache puis tous les autres moyens de transport pour s’y rendre : mazette, toutes les aventures !!!! et nous étions en saison sèche. Je n’imagine pas ce voyage pendant la saison des pluies.

 

Grande nouvelle : je suis rentrée entière !

Transformée.

Toujours en cogitation pour vivre mieux.

Toujours apprendre, progresser et grandir.

 

C’était l’hiver à Madagascar !

Le temps d’hibernation des crocodiles et des feux de camp.

Heureusement les moustiques étaient peu nombreux !

Et les serpents inoffensifs.

Il faut croire que les risques étaient ailleurs !!!

La terreur végétale : le pois Mascate.

Il est présent sous forme de liane et a des gousses aux poils urticants. Il y en a partout.

Il faut avoir un oeil de lynx pour les éviter.

 

Le savon d’Alep manquait de glamour mais il a fait son job. Même avec mes cheveux épais et bouclés.

Zéro pointé pour la goutte d’huile essentielle comme déodorant naturel quand on marine dans son jus du matin au soir.

La solution alternative, m’asperger de produit anti-moustique bio Puressentielles sous les aisselles.

J’ai amèrement regretté les lingettes.

Bonne nouvelle, pour une prochaine fois : Il en existe des biodégradables.

Un conseil : ne jamais partir sans lingettes.

Cela fait tellement du bien au moral quand le soir ; et oui, à 18h, c’est la nuit complète.

Quel contraste avec nos soirées d’été.

Après avoir marché toute la journée le plus souvent, les pieds dans l’eau, puis monté sa tente à la frontale, pouvoir se débarbouiller et sentir bon, c’est tout simplement un pur bonheur.

-)

L’huile de monoï dans les cheveux est une valeur sure pour se faire du bien.

Ce parfum subtil est vraiment apaisant.

Mes mélanges karité huile essentielles ont protégé et cicatrisés ma peau : ah, les épines d’acacia !!!!! ça fait mal !!!!

Ma peau a toujours été bien hydratée.

 

J’ai encore dans la tête : les ciels étoilés , les merveilleux levers et couchers de soleil, les dialectes, des paysages à couper le souffle,  des sourires, des « Comment t’appelles-tu ? ».

 

Ecolo how !

Direction l’Eldorado perdu !

Chasse au poids, chasse aux emballages, chasse aux pratiques polluantes.

 

 

20170708_084717

 

Nous partons avec 1 sac de 23 kilos maximum : tente, matelas, couette, pharmacie, chaussures de marche, 3 hauts, 3 bas, 3 changes, un contenant vide pour le repas du midi, le nécessaire à lessive : bassine pliable, savon de Marseille, fil et pinces à linge, nécessaire de toilette, appareil photo.

Le plus difficile pour moi concerne les soins d’hygiènes et les cosmétiques.

Je me démaquille matin et soir avec des cotons prédécoupés, j’applique une crème de jour, une crème de nuit. Je fais un gommage hebdomadaire … je chouchoute ma peau.

Lorsque je pars en vacances et spécifiquement sous les tropiques, je pars avec ma réserve d’anti-moustique spéciale zones infectées. J’ai l’habitude de m’en asperger de la tête au pied.

Pour lutter contre les moustiques et réduire mon stress de ne pas utiliser mes produits habituels « qui marchent », j’ai combiné ;

  • Vitamine B1 avec Bénerva
  • Homéopathie avec
  • Huile d’ANDIRONA et huile essentielle d’eucalyptus citronné
  • Puressentielle

 

Pour l’écran total, même combat, je m’en tartine tout le long de la journée sur le visage.

C’est tellement ancré en moi que je ne me suis même pas posée de question de l’empreinte chimique.

Je pars avec un savon d’Alep pour la douche.

Du savon de Marseille pour la lessive.

De la poudre de Sidr et de la poudre de banane pour laver mes cheveux :  le savon d’Alep comme shampoing n’est pas une option pour mes cheveux sont épais et bouclés.

Pour soigner mes cheveux :  du monoï.

Pour le henné : hum, je le ferai au retour avec une bonne coupe.

Pour ce périple, un bandana me permettra d’être bien coiffée tous les jours. Sans prise de tête.

Du beurre de karité pour remplacer lait hydratant pour le corps,

De l’huile essentielle de Palma rosa comme déodorant.

Je pars aussi avec d’autres huiles essentielles que j’utilise pour mes petits bobos ; immortelle, genévrier, lavande, cèdre d’atlas, géranium….

Du sel pour me brosser les dents.

 

J’ai le souvenir d’avoir découvert en 2013 à Yakushima, île merveilleuse au large de Kagoshima, le principe de garder ses déchets et de ne marcher que dans le chemin prévu pour nous pour limiter notre impact sur la forêt de la « Princesse Momonoké ».

Quel souvenir !

Une forêt magique avec des cèdres incroyables et des animaux si proches …. J’ai crapaüté dans les alpes et autres endroits du monde mais je n’ai jamais trouvé d’endroits aussi bien préservés jusqu’à aujourd’hui.

Comme nous reviendront avec nos déchets et bien… Adieu tampons, et serviettes jetables. Vu comme cela ….

Bienvenue dans le monde des cups ! Là pour le coup, je trouve cela barbare et pas à la hauteur du confort connu. J’espère sincèrement ne pas en avoir besoin.

 

Sympa. Késako ?

20170716_094741

Dans les dernières recommandations, je découvre le pisse-debout pour les femmes.

J’ai choisi ce modèle et je l’ai testé dimanche en haut de la côte des Gardes : pour les amateurs de la course Paris-Versailles, là où j’ai perdu 5 minutes l’année dernière pour faire pipi.

Je valide ce produit : à 3 mètres de la route, au pied des ronces, je me suis soulagée en toute discrétion. En un temps record.

Je vérifie les câbles et les chargeurs, les piles, les papiers.

Dernière to-do-List avant de me coucher.

Demain est un autre monde !

Coupée du monde pendant quelques semaines.

Je vous raconte mes aventures à mon retour.

 

 

 

Je sais tout faire, pas vous ?

Je ne sais pas pour vous, mais depuis que j’ai une tablette, je sais tout faire.

 

Non, non, ce n’est pas une blague. Je sais tout faire.

Je pars en expédition dans exactement 12 jours …. À une bonne dizaine d’heures de vol de Paris…

Pour cette raison, je viens de m’acheter une tente dernier cri pour ce climat et les moustiques que je vais rencontrer. Je dois y dormir pendant plusieurs semaines : le sommeil doit être réparateur.

Pour parer à toute éventualité, je teste le montage et son utilisation.

Il y a un mode d’emploi avec des croquis : principe Ikea.

J’ai dégagé les meubles de la salle à manger pour pouvoir la monter.

Pour les piquets, je vais m’en passer : ça ne va pas le faire avec le parquet.

Les croquis, c’est bien.

Mais j’ai toujours des questions métaphysiques et puis il existe toujours une multitude de façons de comprendre un croquis. Donc autant d’options de montage, n’est-ce pas ?

Tada ! Ma baguette magique se nomme YouTube.

Pour lever mes doutes, trouver une option obscure d’une application Windows, un enseignement de développement personnel ou bien pour changer la chasse d’eau …YouTube.

Il existe des vidéos pour trouver une solution à tous types de problèmes.

Une vidéo que je peux visualiser autant de fois que je veux.

Je peux suivre à mon rythme chaque étape en l’arrêtant ….

C’est la 3D !

C’est révolutionnaire…

Pour le montage de ma tente, j’ai trouvé plusieurs vidéos pour ce modèle.

Ce qui est drôle, c’est que ce sont à chaque fois des grands gaillards musclés qui s’y collent.

J’ai trouvé une vidéo en anglais. En russe ? en croate ?

Une me plaît particulièrement parce que la musique est de Dépêche Mode.

C’est une idée, je pourrais une fois arrivée à destination, faire une vidéo du montage de ma tente….

Avec une musique cool …

Dans cet eldorado perdu …

Idée à creuser sérieusement….

 

Bonne nouvelle, ma tente trône dans ma salle à manger.

Elle est spacieuse. Il a y des emplacements pour mettre de l’eau, le réveil … Génial.

Il me manque un matelas gonflable pour bien dormir.

Ce qui est réconfortant, c’est d’y arriver.

Je suis tellement fière de moi lorsque je réussis.

Je n’ai peur de rien.

J’ai You Tube avec moi.