Gribouiller

à l’infini les yeux fermés

C’est me relier à mon Moi.

M’arrêter, pauser, me reposer,

Me détacher de cette course effrénéee,

De mes programmes, personnages et mises en scène.

Faire le vide, cheminer, m’évader.

Danser la Lune et le Soleil,

Déposer mes armures ,

Avoir le courage d’être Moi.

M’abandonner,

M’apprécier,

Me regarder affectueusement.

Vivre la douceur d’être Moi.

Accueillir ce que je suis,

Révéler mes forces, mes failles et les blessures,

Laisser émerger

Grâce et disgrâces.

Retrouver l’inconscience et l’insouciance.

Me calmer, m’accepter en totalité.

Ecouter les battement de mon cœur ,

M’émerveiller et jouer la vie.

Laisser vibrer mes entrailles,

Accueiller mes vagues d’émotions,

Transmuter le noir parfait en couleur pleine de pep’s.

Ma main groggy libère le crayon.

Tout s’oublie,

Tout commence.

Je baille de contentement.

De désir de pollen

Tout juste sortie de l’hibernation.

Je puise une bouffée d’optimisme chaque jour avec Satish Kumar.

Je recommence à marcher au gré du vent.

Le nez au ciel, la tête devissée.

Telle une abeille,

De désir de pollen,

En désir de miel.

Je cherche les fleurs de Georgia O’Keeffe..

Mais où sont elles ?

Je croise la tout juste ébauchée fleur de châtaigner,

Des roses asséchées,

Des Géranium empotées,

Primevères et  pensées taillées au cordeau.

Je suis attirée soudain par une musique douce,

puis par les mousseux pétales translucides et délicats,

aux tons lumineux et vibrants d’un kimono de soie.

Le parfum sucré et poudré m’enivre déjà.

Plus je me rapproche du coeur,

Plus je me détends,

la chaleur se diffuse dans tout mon être,

ma peau s’halitueuse,

l’air se densifie comme au sauna,

Goutte à goutte

Mon corps se souvient.

Chemins occitans

Première pause de l’été dans ce petit village du Livre.
Je chemine avec bonheur avec Peau d’Ane et le Vilain Petit canard,
Je me plonge dans la quête du Graal de Jean-Marie Martin,
Celle du Papier, de l’écriture et du Livre.

 


Quelle joie de rouler par monts et par vaux à vélo,
De se baigner dans les eaux vivifiantes de la rivière!

 

Bientôt la mer !

 

 

 

Un petit coin de paradis

Un platane remarquable sur le boulevard de Charonne,  

Puis en quittant la rue de Bagnolet, le silence et la nature s’imposent.

Cité, Villa, jardins partagés, jardin naturel, jardins sur les toits, petite ceinture et le Père-Lachaise.

Un dédale de ruelles, de passages et d’impasses. De Dieu à Satan ou vis et versa.

Continuer à lire … « Un petit coin de paradis »